Revue de presse : Credendo Trade Forum 2016 "The Curse of Raw Materials"

revuedepresse

Le 17 novembre, Credendo Group tiendra son Trade Forum 2016 en partenariat avec Trends-Tendances. Une nouvelle fois, cette seconde édition offrira l’opportunité aux hommes d’affaires belges de se réunir pour discuter d’importants sujets de société. Ils seront rejoints par des conférenciers de toute la Belgique et de l’étranger. Au menu de la journée : l’impact de la forte baisse du prix des matières premières sur les exportations, les perspectives économiques mondiales et les conséquences du Brexit pour les exportateurs basés en Belgique.
Jeudi 17 novembre 2016 de 14h à 20h
La conference démarre à 14h30 précises.

Auditorium National Bank of Belgium
Warmoesberg, rue Montagne aux Herbes Potagères 61, 1000 Brussels

Parking Grote Markt – Grand Place
Grasmarkt, rue du Marché aux Herbes, 1000 Brussels

Distance à pieds : 5 minutes

Programme

14h00 – Enregistrement
14h30 –  Accueil par Vincent Reuter
14h45 –  La malédiction des matières premières et l’impact du second tour par Nabil Jijakli
15h00 – Conférence : « Le jour après le boom »
La chute des prix mondiaux des produits de base et la nouvelle malédiction des produits de base par Philippe Chalmin
15h40 – Gagnants et perdants de la baisse des prix des produits de base: quels enseignements tirer pour nos entreprises?
Par Pascaline della Faille & Jolyn Debuysscher
16h00 –  Conférence : Perspectives économiques internationales
Pour combien de temps la croissance en Europe continuera-t-elle à être en retard? Par Jean-Michel Six
16h40 –  Pause café
17h00 – Les PME et les exportations dans le contexte macroéconomique actuel difficile
Résultats de l’enquête Crescendo-Trends par Dirk De Moor, journaliste.
17h20 –  Comment développer votre entreprise dans le contexte macroéconomique difficile actuel ?
Réactions des directeurs généraux
Débat avec Michel Hanson, Thomas Spitaels, Carl Van den Eynde et Dirk Terweduwe
Modérateur: Alain Mouton, journaliste Trends-Tendances
18h00 –  Conférence : BREXIT
Conséquences pour les exportateurs belges?
Introduction discours d’ouverture par Alison Rose suivi d’un débat avec Jean-Michel Six, Thomas Spiller et Marc Lambotte
Modérateur: Amid Faljaoui, rédacteur en chef Trends-Tendances
18h40 –  Conclusion par Pieter De Crem
18h50 –  Réception
Une interprétation simultanée en néerlandais, en français et en anglais sera disponible.

Actu membre – CCILB : Aider le secteur agroalimentaire : un projet déposé pour soutenir nos entreprises

autumn98671192-2

Nous venons de recevoir la confirmation officielle que le projet agroalimentaire que nous avons déposé il y a quelques mois avait (enfin) reçu l’aval des autorités européennes. C’est une excellente nouvelle que nous attendions avec impatience, une excellente nouvelle pour toutes les petites entreprises d’un secteur particulièrement présent en province de Luxembourg. En fait, ce qui nous réjouit, c’est qu’avec nos partenaires de ce projet Interreg Flandres – Wallonie – France, nous allons pouvoir aider de nombreuses TPE et PME.

Concrètement, nous comptons mettre en place une série d’outils et services pour les aider et les conseiller dans leur business. L’objectif que nous défendons est de les soutenir dans leur positionnement différencié par rapport à la concurrence d’où qu’elle vienne. Nous ambitionnons aussi de les aider à se former, que ce soit par l’apprentissage, par l’échange ou l’expérimentation. Nous sommes convaincus que les expériences enrichissantes engrangées par les autres font grandir et nous espérons aussi initier des dynamiques constructives en ce sens.

Pratiquement, le projet reposera donc pour beaucoup sur l’échange, avec ateliers et apprentissage communs, ainsi que sur la construction commune, avec des salons à mettre en place ensemble avec nos partenaires flamands et français.

Nous savons pertinemment que nos artisans excellent chacun dans leur domaine, malheureusement beaucoup trop oublient d’en faire état, ce qui fera aussi l’objet d’une attention particulière centrée sur l’aspect marketing d’une stratégie commerciale réfléchie. Et last but not least, nous nous pencherons aussi aux côtés des entreprises agroalimentaires sur les marchés à l’export, ce qui est une évidence – vous en conviendrez – s’agissant d’un projet interrégional, l’objectif étant d’aider un maximum d’entreprises à franchir la frontière pour distribuer leur(s) produit(s) ne serait-ce que dans un pays limitrophe.

Nous en terminerons en disant que toutes les entreprises du secteur seront bientôt contactées. L’idée est dans un premier temps d’analyser les forces et faiblesses de chacun, ainsi que leurs revendications, afin – qui sait ? – de faire ‘éclore’ de nouvelles façons de faire qui feront parler d’elles. N’hésitez pas à vous manifester dès maintenant, nous pourrons ainsi plus rapidement compléter notre réservoir d’entreprises intéressées.

La filière agroalimentaire est un secteur important pour le Luxembourg belge, la valoriser au-delà de nos frontières sera bénéfique pour les petits acteurs comme pour les plus grands.

André ROISEUX, Président,
Bernadette THENY, Directrice générale.

 

Source : http://www.ccilb.be/fr/news/342-edito-sep16

Revue de Presse : Une petite entreprise wallonne produit la majorité des bouchons de Belgique: 100 millions par an

90a2950bc37c52933fb396df338a6552-1472658192

Suite de nos reportages sur les entreprises qui se portent bien en Wallonie. Gros plan sur la dernière bouchonnerie du Sud du pays. Située à Fleurus en Hainaut, cette entreprise quasi centenaire produit 100 millions de bouchons par an. Jusqu’ici elle a traversé toutes les crises en innovant. 

La famille Leclercq fabrique des bouchons en liège naturel depuis 1918. Près d’un siècle d’aventure industrielle que poursuit aujourd’hui une cinquième génération. L’entreprise emploie 7 personnes et connait une évolution positive, poussée notamment par le succès des bières spéciales. Sept bouchons belges sur dix sont issus de cette PME familiale qui a grandi, déménagé, innové. « Dans les années 50, on a été les premiers à colmater les bouchons. Dans les années 90, on a été les premiers à croire dans les bouchons micro-granulés qui maintenant sont leaders sur le marché mondial. Nous avons toujours pris un pas d’avance », s’enorgueillit Cédric Leclercq. L’entreprise, qui exporte la moitié de sa production vers la France, compte rester familiale et flexible pour continuer à sortir plus de 300.000 bouchons chaque jour.

Source : http://www.rtl.be/info/regions/hainaut/une-petite-entreprise-wallonne-produit-la-majorite-des-bouchons-de-belgique-100-millions-par-an-video–850677.aspx

Actu membre – CCILB : Loi Macron : Nouvelles obligations pour les activités de transport en France.

loi-macron-5

Vous l’avez sans doute lu ou entendu, la France a instauré de nouvelles obligations pour les entreprises de transport étrangères qui détachent du personnel sur son territoire au 1er juillet dernier. Pensez-y…

Les entreprises concernées sont donc maintenant tenues au respect d’une série de règles et obligations, comme rédiger une attestation de détachement, désigner un représentant de l’entreprise sur le territoire français et respecter pendant la durée du détachement la rémunération minimum en vigueur dans l’Hexagone. La Loi Macron précise de manière claire et non équivoque qu’une entreprise étrangère qui détache des travailleurs sur le sol français doit au moins respecter la législation française concernant l’application du salaire minimum et la sécurité comme la santé des travailleurs. Dont acte…

Pas le choix…

Cette loi s’applique donc bien aux entreprises établies hors du territoire français, donc notamment belges, qui exercent des activités de transport international en France, avec une adresse de chargement ou de déchargement sur le territoire français et qui y détachent des chauffeurs salariés dans le cadre de ces activités. Attention, le texte concerne aussi bien le transport de biens que celui de personnes, pour du trafic lourd ou léger. Seules exceptions : le « simple » transit à travers la France (sans adresse de chargement ou de déchargement sur place), les chauffeurs indépendants et le transport pour son compte propre.

Lire la suite : http://www.ccilb.be/fr/news/370-loi+macron

Revue de presse – Bel RTL : 90 secondes pour comprendre pourquoi l'avenir de la Wallonie passe par ses exportations

2213244

Dans la séquence ’90 secondes pour comprendre’ de ce 15 septembre  sur Bel RTL, il était question d’emploi et plus particulièrement d’exportations wallonnes. Frédéric Moray, journaliste, expliquait pourquoi l’avenir de la Wallonie passe par ses exportations.

Commençons par un chiffre pour comprendre: 27 699. C’est le nombre d’emplois créés en 15 ans par des entreprises wallonnes pour développer leurs activités à l’exportation. Et on ne parle pas ici des sous-traitants qui sont aussi très nombreux, notamment dans les transports et la logistique. 11 milliards 389 millions d’€ ont été investis ces 15 dernières années. Et si on ne regarde que 2015, je vous donne deux derniers chiffres. Investissements: 789 millions d’€. Promesse d’emplois : 1 729.

Et qu’est-ce qui fait la force de la Wallonie sur les marchés internationaux ?

D’abord la qualité de la formation de nos universités. Les entrepreneurs sont nombreux à la souligner. Les scientifiques, les ingénieurs sont très performants chez nous. Ce n’est pas un hasard si les secteurs d’activités qui se développent le plus en Wallonie concernent la biotechnologique, la pharmacie et le numérique. Et puis… la petite taille du territoire wallon est aussi un atout. Grâce à la présence de ministres wallons lors de missions économiques, des patrons de PME ont accès à des audiences inattendues à l’étranger. Le patron d’une entreprise montoise qui emploie 20 personnes me disait sa surprise d’être invité dans des ambassades ou d’avoir l’occasion de rencontrer les PDG de très grosses entreprises lors de ces missions.

Mais la Région wallonne participe activement à ce développement ?

Oui grâce notamment à son agence à l’exportation, l’Awex. Les entrepreneurs sont invités dans des missions économiques. Ils reçoivent des soutiens financiers pour prospecter de nouveaux marchés internationaux. On leur paye notamment les frais de transports, de logements, la participation à des salons, etc… Et puis, il y a un réseau intéressant d’attachés économiques et commerciaux, qui relaient le savoir-faire wallon dans une trentaine de pays.

Source + vidéo :http://www.rtl.be/info/belgique/economie/90-secondes-pour-comprendre-pourquoi-l-avenir-de-la-wallonie-passe-par-ses-exportations-851044.aspx

Formation – 13.12.16 : Le recrutement à la française : grands classiques et petites astuces

formations2016_2180

Le saviez-vous ? En France la candidature spontanée est le premier canal de recrutement, juste devant les réseaux relationnels. Ce fonctionnement spécifique au marché français est d’abord l’indice d’un marché du travail faiblement organisé mais on peut aussi y voir un trait culturel marqué : la valorisation de la figure du candidat autonome qui se présente de lui-même aux entreprises en quête de propositions d’emploi.

L’objectif de cette formation est de vous donner les clés pour bâtir une stratégie de recrutement efficace et adaptée : canaux de sourcing, sélection des candidats, animation des entretiens, élaboration du contrat de travail, gestion de l’expérience candidat globale. Nous vous présenterons également les principaux prestataires du recrutement mobilisables, publics et privés, et l’intérêt comparé de leurs interventions.

Claire Michel

À travers une mise en situation concrète, nous allons aborder ensemble les grandes spécificités du recrutement en France pour employeur étranger.

  • Sur qui s’apppuyer pour diffuser une offre : comment se faire connaître des bons relais ?
  • Comment décrypter un CV : est-ce que c’est un bon candidat ?
  • Comment rassurer un candidat : quelles sont les questions qu’il va poser sur son contrat de travail et sur ses conditions de travail ?

À l’issue de cette courte intervention, vous aurez les premières clés pour préparer vos futurs recrutements en France.

Agenda:

  • 8h30 Accueil
  • 9h00 Formation
  • 12h00 Lunch
  • 13h30 Clôture

Sont compris:

  • Parking
  • Eau, café, softs
  • En-cas et lunch : Sandwiches (Poivre & Sel)

Paiement:

  • Soit par Eventbrite
  • Soit par virement bancaire sur le compte: CCI France Wallonie Belgique asbl BE66 2400 3893 0043 avec les références: « FORM-DATE-NomPrénomduparticipant. 15 jours avant la date de formation, le paiement ne sera plus remboursé.
  • Le paiement vaut inscription

Informations complémentaires : Carine Deville – cd@cfciw.be ou +32 479 577 965

Formation – 29.11.16 : Comment passer du statut "ami belge" à "partenaire d’affaires"?

Très proche géographiquement et dans un contexte très favorable grâce à cette Belgique qui « gagne » (culture, sport, gastronomie, …), le marché français offre de belles opportunités à celui qui prend la peine de le découvrir.

N’oublions tout de même pas qu’il s’agit d’un marché étranger et que chaque culture à ses spécificités. Quand on ne connait personne, que l’on n’a aucun point de repère, cela demande beaucoup d’énergie pour faire son chemin tout seul.

Il en est de même pour découvrir les us et coutumes du réseautage à la française, pour le développer ou tout simplement faire des contacts dans un business meeting.

Grâce à son expérience commerciale, sa pratique du marché français et en tenant compte de vos projets, Greg partagera :

  • Les us et coutumes du réseautage à la française
  • Les bonnes pratiques pour se développer dans un réseau français
  • Les clés pour se faire des contacts

 

Formateur : Greg Piotto

Je coache, je forme et je conseille dans les différents domaines de la vente.
Mon job est d’aider les entreprises à mieux vendre et à générer de nouvelles opportunités de business. Mes domaines d’expertise couvrent :

  • techniques de vente
  • communication globale
  • fidélisation
  • motivation
  • gestion du temps
  • gestion des ressources

Je définis avec mes clients des objectifs en termes de volumes, de chiffre d’affaire ou encore de moyens. J’encadre la démarche commerciale de l’entrepreneur en-dehors et au sein de l’entreprise. Je professionnalise la qualité de vos relations clients, par le networking notamment.

Vendeur expérimenté dans différents marchés, j’agrémente mes formations et conseils d’exemples concrets et pertinents.

Mon implication permet aux entreprises de retirer de outils efficaces et directement

Agenda :

  • 8h30 Accueil
  • 9h00 Formation
  • 12h00 Lunch
  • 13h30 Clôture

Sont compris:

  • Parking
  • Eau, café, softs
  • En-cas et lunch : Sandwiches (Poivre & Sel)

Paiement:

  • Soit par Eventbrite
  • Soit par virement bancaire sur le compte: CCI France Wallonie Belgique asbl BE66 2400 3893 0043 avec les références: « FORM-DATE-NomPrénomduparticipant. 15 jours avant la date de formation, le paiement ne sera plus remboursé.
  • Le paiement vaut inscription

Informations complémentaires : Carine Deville – cd@cfciw.be ou +32 479 577 965

Marianne de Cristal 2016 – 21° Edition – Wex de Marche-en-Famenne

Marianne_2016_2_FCBK

La Marianne de Cristal est un prix économique unique et prestigieux qui distingue, chaque année, une entreprise qui a particulièrement développé ses échanges commerciaux avec la France.

La compétition est ouverte à toutes les entreprises situées en Wallonie, de 5 à 250 personnes exerçant leurs activités dans les domaines de la production, de la distribution, des prestations de services.

La Marianne de Cristal est remise lors d’une soirée de gala, réunissant les personnalités du monde économique, politique et culturel, en présence de Son Excellence l’ambassadeur de France.

La soirée de gala est programmée pour le 28 avril 2016 au Wex de Marche-en-Famenne !

Pour votre entreprise, la Marianne de Cristal, c’est :

  1. un prix prestigieux au regard des clients et des fournisseurs,
  2. une meilleure visibilité (presse, pouvoirs publics, …)
  3. un renforcement de son réseau de relations sur le plan régional et international

Les candidats 2016 

  • Bel’Ourthe
  • Herman Headwear
  • Hygipanel
  • Ideatec
  • Jmei
  • Kitozyme
  • Odometric
  • PN Group
  • RoyalAppForce
  • Uniteq
  • Urbastyle

Retrouvez la liste des Candidats 2015 ! 

Programme de la soirée de Gala 

  • 18h00 : Accueil des participants et ses bulles Spiritus Libertas
  • 18h45 : Invitation à s’installer aux tables
  • 19h00 : Séance académique en présence de S.E. Claude-France Arnould, Ambassadeur de France pour le Royaume de Belgique
    • Mot du Président Alain Laroche
    • Présentation des candidats
    • Ouverture de l’enveloppe sous contrôle d’Huisser
  • 20h30 : Repas de Gala servi à table
  • 21h30 : Ouverture du buffet dessert et de l’espace réseautage

Plus d’information ? 

 

Inscriptions à la soirée de Gala du 28/04 

Vous souhaitez assister à la soirée de Gala ? N’hésitez plus et inscrivez-vous !

Des tables exclusives de 8 personnes peuvent également être réservées. Elles comprennent la personnalisation de la table au couleur de votre entreprises, 2 bouteilles de champagne, la présence d’un roll-up à fournir lors de la soirée. Intéressé, contactez Martine Constant au +32 4 75 29 07 33 ou via mco@cfciw.be 

 

Réservations en ligne : (Suivre ce lien si vous souhaitez effectuer la réservation via virement bancaire)

Poser sa candidature :

1. Veuillez nous faire parvenir une déclaration d’intention à info@cfciw.be accompagnée de :

  • Votre logo en haute-définition
  • Une photo du représentant de l’entreprise
  • Un pitch de maximum 250 mots

2. Complétez le dossier de Candidature

Retrouvez-ci dessous les formulaires de candidature au Format Word (Formulaire)   ainsi que le règlement relatif à notre concours. Notre équipe se tient également à votre disposition pour toute information utile !

Word Dossier de Candidature Marianne – Formulaire WORD
pdf  Règlement Marianne de Cristal

Les dossiers sont à rentrer pour ce 20 mars 2016!

Attention un délai supplémentaire et exceptionnel est accordé jusqu’au 31.03. Afin d’assurer les interviews, n’oubliez pas d’adresser votre mail d’intention

Actu membre – EURO DV : « Les portes blindées ont également la cote » RTBF Info

surveillanceL’actualité meurtrière qui a conduit à la politique sécuritaire mise en place ces derniers jours, est encore renforcée par un climat médiatique anxiogène. Un environnement qui n’est pas sans conséquences sur la réaction de certains citoyens « Des gens me téléphonent », explique Philippe Declerck, dont la société, basée à Forchies-La-Marche, est spécialisée dans la détection des intrus dans les entreprises et les bureaux: « Ils  veulent se sécuriser au plus vite, si possible dans les 24 heures. Ils me demandent de placer des caméras pour avoir une vision à l’extérieur. Ce que l’on me demande de plus en plus sont des contrôles d’accès pour les commerces, des systèmes où le visiteur est obligé de sonner pour pouvoir pénétrer dans le magasin« .

Peur et repli sur soi

Cet installateur en est sûr, les événements de Paris et leurs prolongements chez nous sont à l’origine de ce repli sur soi. « C’est certain, les gens ont peur, nous avions déjà eu ce phénomène au lendemain des attentats à la rédaction de Charlie-Hebdo. On avait senti qu’il y avait ce repli mais maintenant que des instigateurs sont basés en Belgique et sont susceptibles d’agir dans notre pays, forcément, les gens ont peur. J’ai eu le cas aujourd’hui, un de mes ouvriers devait aller sur des chantiers sur Bruxelles, à Auderghem, Woluwe et Schaerbeek. Il a refusé, estimant que c’était trop dangereux, et c’est mon fils qui a dû aller à sa place »

Les portes blindées ont également la cote

Même constat chez EuroDV dont le groupe possède une antenne dans le zoning de Péruwelz. L’entreprise aménage et sécurise les bâtiments publics et des banques en plaçant, notamment, des portes-blindées. Ici aussi, le patron, Dario Dallavalle a constaté une augmentation du carnet de commandes au lendemain des attentats de Charlie Hebdo quand nombre d’institutions officielles ont décidé de sécuriser leur bâtiment. Avant cela « il faut pratiquement remonter à l’époque des CCC pour trouver des demandes aussi pressées que celles que l’on connaît aujourd’hui » précise encore Dario Dallavalle.

Charlotte Legrand et Vincent Clérin – 24/11/2015

Source : http://www.eurodv.eu/les-portes-blindees-ont-egalement-la-cote-rtbf-info/

Actu Membre – COFACE : PANORAMA FRANCE 3E TRIMESTRE 2015

Panorama France 3e trimestre 2015 Timide mais confirmée. Ce sont les qualificatifs qui caractérisent le mieux la croissance française à l’heure actuelle, comme l’illustrent les chiffres du troisième trimestre publiés début novembre. La consommation des ménages croît de manière modérée grâce aux gains de pouvoir d’achat permis par une inflation quasi-nulle, et malgré un taux de chômage toujours au plus haut. L’investissement des entreprises progresse aussi, mais à un rythme moins rapide que chez la plupart de nos voisins et que celui observé historiquement en phase de reprise économique. Les soutiens externes que sont la baisse du prix du pétrole et les mesures gouvernementales, comme le crédit d’impôt pour les entreprises employant des salariés (CICE), ne sont pas étrangers à la restauration des marges des entreprises.

L’évolution des défaillances d’entreprises montre que ces dernières commencent à profiter des effets de cette reprise timide. Les défaillances sont désormais en baisse depuis trois semestres consécutifs et ce, quelle que soit leur taille. Cependant, plusieurs zones d’ombre subsistent du côté des entreprises, dont le nombre de défaillances augmente toujours dans les régions Centre et Auvergne, et demeure stable en Île-de-France.

Le baromètre sectoriel France de Coface met en avant cette persistance de risques. Si la plupart des secteurs ont un niveau de risque similaire à la moyenne européenne, ceux des transports et de la construction sont plus risqués. Malgré la baisse du cours de l’or noir, le secteur des transports en France est classé en risque élevé, soit un cran au-dessus de ses homologues européens.

La construction demeure le talon d’Achille de l’économie française. Par ailleurs, si les ventes de logements neufs sont certes reparties à la hausse en 2015, restons prudents car les prix ne se sont que peu ajustés à la baisse depuis 2008, laissant présager un nouveau recul en 2016. Enfin, des branches souffrent du désengagement des acteurs publics et les disparités régionales restent fortes : les défaillances des acteurs du secteur en Ile-de-France et en Rhône-Alpes restent dans le rouge.

Téléchargez la plublication complète et l’infographie

Source : http://www.coface.be/fr/Actualites-Publications/Publications/Panorama-France-3e-trimestre-2015