Pujet Hubert, Intervenant sur l’optimisation des performances professionnelles et la gestion des Risques PsychoSociaux, à propos du livre paru début janvier “Négociation responsable” qu’il a co-écrit avec Julien Viau et Hela Sassi.

“Chaque partie de l’ouvrage apporte des éléments transposant les acquis de la négociation classique et raisonnée dans l’ère numérique où les parties prenantes deviennent versatiles selon les fuites par messageries et les buzz des réseaux sociaux. Chemin faisant sur ces nouvelles conditions d’exercice de nos transactions, chacun est appelé à se questionner sur l’efficience de ses routines. Il devient évident qu’avant de rejoindre mes allié.e.s et chercher à convaincre mes opposants que l’itinéraire le plus profitable pour l’ensemble des parties concernées est une Négociation Responsable, nous devons préparer ces séances qui sont, d’abord, de sérieuses négociations avec nous-mêmes. Ainsi nous pouvons multiplier les chances de passer d’une négociation compétitive à des réflexions intégratives qui sont autant de tremplins vers des accords inclusifs.”

Lire son interview : https://lnkd.in/dTFix6P

En savoir plus sur le livre : https://lnkd.in/dGTzGSQ

5 questions à… Hubert Pujet

1) Qui êtes-vous ?

Je suis consultant formateur sur l’optimisation des performances professionnelles et la gestion des Risques PsychoSociaux. J’interviens dans les entreprises et les écoles (CNAM et HEC Paris) ainsi qu’auprès des médecins notamment pour la prévention du burn-out et la négociation avec les acteurs non soignants. Je coache aussi des dirigeants d’entreprises sur l’atteinte de la Performance Globale.

2) Quel est le thème central de ce livre ?

Une spirale constituée de deux questions s’entrecroisant forme l’ADN de la Négociation Responsable (NR) :

– qu’est-ce qu’une négociation performante qui se renforce dans le temps ?

– quelle négociation avec moi-même dois-je mener pour être acteur et promoteur de ces accords durables ?

Chaque partie de l’ouvrage apporte des éléments transposant les acquis de la négociation classique et raisonnée dans l’ère numérique où les parties prenantes deviennent versatiles selon les fuites par messageries et les buzz des réseaux sociaux.

Chemin faisant sur ces nouvelles conditions d’exercice de nos transactions, chacun est appelé à se questionner sur l’efficience de ses routines. Mes stratégies sont-elles encore adaptés à ces controverses en milieu plus ouvert ? Ai-je le bon compromis entre transparence et secret dans mes échanges en présentiel et à distance ?

Ainsi il devient évident qu’avant de rejoindre mes allié.e.s et chercher à convaincre mes opposants que l’itinéraire le plus profitable pour l’ensemble des parties concernées est une Négociation Responsable, nous devons préparer ces séances qui sont, d’abord, de sérieuses négociations avec nous-mêmes.

Ainsi nous pouvons multiplier les chances de passer d’une négociation compétitive à des réflexions intégratives qui sont autant de tremplins vers des accords inclusifs.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?

La NR est une intention manifeste d’inclusion de toutes les parties prenantes ; elle est soutenue par une intention latente de dissuasion des personnes s’opposant à des accords Gagnant-présents/Gagnant-Absents.

4) Si ce livre était un film contemporain, quelle serait-il ?

La Négociation Basée sur les Intérêts Globaux (NBIG) est bien illustrée par le film de Cédric Klapisch « Deux Moi » sorti en 2019. Dans cet opus deux jeunes trentenaires cherchent à négocier le futur en utilisant les réseaux numériques soit pour le travail sur des plateformes numériques, soit dans la recherche scientifique ou pour matcher des rencontres amoureuses. La somme des possibles semble sans fin et sans accords durables dans cette suractivité où tout se négocie au jour le jour sans vision d’ensemble. Une meilleure connaissance de leur personne et du contexte de la vie urbaine leur permettra de passer une alliance et de former un nouveau couple connecté. Ce film vient parachever la quête du nouveau millénaire des personnages jeunes de la trilogie de Cédric Klapisch (L’auberge espagnole, Poupées russes et Casse-tête chinois) qui du Barcelone d’Erasmus au New-York artiste ne savaient où donner de la tête dans l’univers montant des GAFAM et des BATX (Baidu, Alibaba group, Tencent, Xiaomi).

5) Qu’aimeriez-vous partager avec les lecteurs en priorité ?

L’optimisme raisonné sur la capacité d’initier, de rejoindre ou de contribuer ponctuellement à des coalitions d’acteurs responsables élargissant les négociations de la vie courante ou professionnelles vers des performances plus globales. Nous aimerions faire gagner en rationalité de négociation ceux qui ont le courage d’entreprendre des transactions ouvrant sur des Communs plus viables tant sur le plan personnel que collectif, au travail comme à la maison.

19 mars de 11 heures à 13 heures

Et pour toute information, contactez Jean Philippe Mousnier : jpm@ccifbw.be