Revue de presse : Emond devient Bilia-Emond… Un partenariat orienté croissance !

On a tous en tête le nom de ces patrons emblématiques qui incarnent l’audace d’entreprendre et symbolisent « la » réussite professionnelle au travers d’une success story d’entreprise.

Philippe Emond, self-made man ‘made in Gaume’ fait partie de ces gars dont on envie à la fois la ténacité, le jusqu’auboutisme et le flair. Il nous a étonnés avant l’été en s’alliant au suédois Bilia, la preuve qu’un indépendant comme lui peut aussi opter pour une stratégie d’alliance… quand il s’agit de grandir !

Emond, un patron qui a ‘BM’ dans le sang !

Rencontré il y a quelques années dans le cadre d’une interview en nos pages, Philippe Emond nous avait confié se sentir un peu à l’étroit en province de Luxembourg, la répartition territoriale des concessions BMW ne lui permettant pas de poursuivre un développement qui semblait aller de soi pour une entreprise dynamique comme la sienne. Du coup, cet entrepreneur au sens vrai du terme avait, rappelez-vous, décidé de lorgner vers l’Hexagone et de croître en se lançant – avec succès, à nouveau – dans l’est de la France. Actuellement Philippe Emond y est présent avec 5 concessions en région champenoise et dans la grande banlieue parisienne (1.050 BMW et 400 Mini neuves par an, et plus de 1.300 occasions).

Partenaires orientés croissance…

Sauf que le marché voisin ne lui déplaisait pas trop non plus ! Il faut avouer que pour un patron plein d’ambition, le Grand-Duché du Luxembourg – et la ville de Luxembourg en particulier ! – est un fameux objectif. Or il se fait justement qu’au sein de la marque BMW, les territoires belges et luxembourgeois sont depuis 13 ans confiés à une seule et même entité : BMW Belgique-Luxembourg. Une bonne chose pour les marques du constructeur munichois qui y écoule des milliers de modèles tous les ans. Cela étant, pour être fort sur un marché, au-delà des qualités d’une marque, il faut aussi pouvoir compter sur un partenaire solide, dynamique et entreprenant, à l’écoute de ses clients, et qui a en outre la volonté d’offrir un service à la hauteur de la réputation des produits distribués. Philippe Emond, déjà présent au travers des nombreux clients qui franchissent la frontière pour son service top qualité, avait plus que probablement le profil idéal. Mais sans doute n’était-il pas assez fort pour répondre seul aux souhaits de la célèbre ‘institution’ bavaroise. La solution s’est donc présentée sous forme d’un partenariat entre Bilia, le repreneur des principales concessions BMW luxembourgeoises, et le concessionnaire belge.

Lire la suite : http://www.ccilb.be/fr/news/388-bilia-emond?utm_content=bufferb9773&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Actu membre – Bureau Greisch : Luc Demortier : "réussir ensemble"

Administrateur du bureau Greisch, Luc Demortier n’est pas homme à tirer la couverture à lui. Aux yeux de cet ingénieur civil, les réussites professionnelles se conjuguent, d’abord et avant tout, au pluriel. Un esprit d’équipe inscrit dans l’ADN de ce bureau d’ingénierie et concourant à son rayonnement.

En 1986, le pont Père Pire, en région hutoise, est en pleine construction. Véritable prouesse du génie civil, l’installation par rotation de ce pont haubané marque l’esprit de Luc Demortier alors âgé de 16 ans. «Ce chantier m’a fait l’effet d’un électrochoc. En le découvrant, j’ai acquis la certitude que je voulais devenir ingénieur en construction et réaliser des ponts chez Greisch.» Un vœu exaucé… à un détail près : « Je n’ai jamais participé au moindre pont ! »
Aujourd’hui Administrateur du bureau Greisch, Luc Demortier aura su s’armer de patience pour rejoindre les rangs de l’entreprise qui le faisait tant rêver. «J’y ai, tout d’abord, effectué mes stages durant mes études d’ingénieur. En 1993, mon diplôme en poche, j’y ai proposé ma candidature, mais la société ne recrutait pas. J’ai donc entamé un doctorat auquel j’ai renoncé au bout d’un an car il ne correspondait pas à mes attentes. Greisch ne recrutait toujours pas… J’ai alors rejoint un bureau bruxellois avant d’enfin intégrer la société Greisch, en 1995.»
Le premier projet sur lequel Luc Demortier est amené à travailler est la reconstruction du Stade Roi Baudouin. Suivront d’autres enceintes sportives telles que l’aménagement du circuit de Spa Francorchamps, la transformation du Country Hall de Liège et l’adaptation du stade du Standard en vue de l’Euro 2000. «Le stade de Sclessin est le premier chantier sur lequel j’ai travaillé en tant que chef de projet. J’avais 28 ans seulement, mais le bureau Greisch a toujours eu la volonté de faire confiance aux jeunes.» Une culture d’entreprise qui va permettre à Luc Demortier de gravir les échelons. En 2002, il devient ainsi co-responsable de la cellule bâtiments. Dès 2006, il est promu administrateur de quatre sociétés du groupe avant de prendre la tête de l’antenne bruxelloise, en 2011.
Parallèlement à cette ascension, Luc Demortier enchaînent les projets : aérogare de Liege Airport, nouveau Palais de Justice de Namur (toujours au stade des études), le Centre administratif de Gand, le hall multifonctionnel et les archives de l’état à Mons, la 4ème école européenne à Laeken, la Tour des Finances de Liège… Des projets d’envergure qui n’ont jamais fait trembler notre ingénieur namurois. «Quel que soit le chantier, j’ai eu toujours eu confiance dans nos capacités à le réaliser. Chaque succès engrangé est le fruit d’une véritable synergie entre nos collaborateurs. Ce travail en équipe est ce que j’aime le plus dans ce métier. On réfléchit, on avance et on réussit ensemble.»
D’ici quelques mois, un chantier d’un autre type se présentera sur la route de Luc Demortier. Actuel Administrateur délégué de la société à Liège, Clément Counasse a en effet décidé de tirer sa révérence au mois de juin 2017. Une direction multicéphale composée de Vincent de Ville de Goyet, Pierre Baar, Vincent Servais, Jean-Yves Del Forno et Luc Demortier se mettra alors en place. « Nous avons à cœur de perpétuer la philosophie d’innovation, de collaboration et de recherche d’excellence initiée par René Greisch. J’espère que nos équipes feront confiance à cette nouvelle direction et adhèreront à ce nouveau mode décisionnel.» Des collaborateurs que Luc Demortier aspire à mobiliser sur des projets majeurs au cours des prochaines années : « La Belgique devient un peu petite en termes de grands projets. Plus que par le passé, nous allons adopter une attitude proactive sur le marché international pour y décrocher des projets d’envergure.»

 

Lire la suite : http://www.ccimag.be/2016/11/22/luc-demortier-bureau-greisch-reussir-ensemble/

Actu membre – asbl Liège Demain : séance plénière annuelle dans les installations de l’AIDE

 

Chères amies et chers amis « passionnés par le développement du Pays de Liège »,
Chères amies et chers amis de Liège Demain,

L’association (asbl) Liège Demain a le plaisir de vous inviter à sa séance plénière annuelle ce jeudi 15 décembre 2016 à partir de 17 H 30, dans les majestueuses et récentes installations en bord de Meuse de l’ AIDE (Association Intercommunale pour le Démergement et l’ Epuration en province de Liège).

Vous y découvrirez, grâce à la conférence de Monsieur Jean-Pierre Silan (voir programme ci-dessous), une innovation technologique liégeoise révolutionnaire qui a résolu le problème des inondations dans la vallée de la Meuse

Nous vous y présenterons également la jeune « start up » liégeoise « Vin de Liège » (société coopérative à finalité sociale) dont la renommée va grandissant.

La participation est OUVERTE à TOUS et GRATUITE, mais l’inscription est souhaitée :

  • par e-mail : info@liegedemain.be
  • via le site internet de Liège Demain : www.liegedemain.be .

 

Adresse du jour :  A.I.D.E. ; 40, rue Voie de Liège à 4681 Oupeye.
Grands parkings DISPONIBLES ! Suivre le fléchage !

——————————————————————————

Programme

17 h 30 : Accueil des participants.

18 h : Introduction par le président sortant de Liège Demain, M. Marcel STIENNON.

18 h 05 : Monsieur Claude Tellings, directeur général de l’AIDE, fera l’accueil officiel et
donnera quelques informations générales sur l’AIDE, le station d’épuration, etc.

18h15 : Monsieur Jean-Pierre Silan, Ir Directeur AIDE, donnera sa Conférence :
« Le démergement en région liégeoise, une histoire d’eau, une histoire d’hommes ».

Nous y verrons comment l’exploitation du charbon dans le sous-sol liégeoise a conduit à l’affaissement des sols en surface et à l’obligation de mettre en place d’importants dispositifs de protection de la plaine de Meuse contre les inondations, tant en amont qu’en aval de Liège. Après avoir décrit les principes de protection, l’exposé s’attachera à mettre en évidence les défis qui pèsent sur ces dispositifs, notamment en raison du changement climatique.

18 h 50 : Questions / réponses avec M. Silan, en présence du DG M. Tellings,

19 h 10 : « Passation de pouvoir au sein de l’asbl » et Mot du nouveau président de Liège Demain,

19 h 25 : Présentation de la « Coopérative Vin de Liège »,

19 h 45 : Dégustation des vins de la « Coopérative Vins de Liège » et Verre de l’Amitié.

Actu membre – 4m Group : votez pour Dominique Petta, Trends Manager de l'année 2016 !

e7cc3129-908c-402d-85ef-89c8985cb77aDominique Petta, CEO et fondateur de 4m Group, a été nominé par Trends-Tendances parmi les 10 meilleurs managers de l’année 2016. Une partie de la décision de l’élection du Manager de l’année revient aux votes en ligne.

Spécialisé dans la pose de revêtements de sols en résine, l’entreprise liégeoise 4M Group joue aujourd’hui la carte de la diversification. A la tête de cette belle « success story », Dominique Petta, 57 ans, fait rimer audace et innovation.

En cliquant ici, votez pour Dominique Petta !

La page de vote sera active du lundi 21 novembre
au vendredi 2 décembre 2016 inclus.

Source: http://actions.trends.levif.be/actions/trends/manager-de-lannee/nominees/dominique-petta.pdf

 

Actu membre : Micropole poursuit son développement en renforçant sa présence en Wallonie via l’acquisition de Chiveo

 

logo_rvb_br_chiveogroupe

vv2015

Conformément à la stratégie de renforcement du Groupe français Micropole sur les territoires où il est présent, Micropole accélère son développement sur le Belux. Le groupe Micropole annonce ainsi être devenu actionnaire majoritaire, aux côtés de la structure d’investissement Meusinvest, de la société liégeoise Chiveo spécialisée en Business Intelligence. L’objectif de cette acquisition : accompagner les entreprises locales dans leurs stratégies de valorisation des données issues de leur transition vers le numérique, véritable levier de performance.

Une offre élargie et des compétences renforcées pour les entreprises wallonnes

Cette acquisition offre ainsi aux entreprises wallonnes un pôle de compétences élargi qui s’appuie sur la complémentarité des offres du Groupe : Business Intelligence, Master Data Management & Gouvernance des Données, Pilotage de la Performance, Big Data, Data Science et Transformation Digitale. « L’acquisition de Chiveo par Micropole donne accès à nos clients à un ensemble élargi de compétences autour de la valorisation de la Data pour les accompagner dans leur stratégie digitale, ainsi qu’à un pôle d’experts et de talents plus rares sur le marché belge », explique Valérie Viatour, directrice générale de Chiveo.

Un accompagnement dans la transformation numérique au plus proche du terrain

La révolution digitale qui impacte toutes les entreprises est un atout majeur pour l’amélioration de leur compétitivité et de leur croissance. La Wallonie dispose désormais grâce à l’acquisition de Chiveo d’un ancrage local de Micropole, permettant aux clients d’être accompagnés dans ce virage fort et nécessaire vers le numérique. À la clé : une proximité renforcée favorisant la flexibilité de la mise à disposition des compétences depuis Liège.

« Pour nos clients, notre relation au quotidien restera basée sur la même confiance », affirme Valérie Viatour. « De même, chez Micropole Belgium, nous constatons que la proximité commerciale combinée à une capacité locale d’exécution de projets sont des facteurs essentiels pour garantir le succès et la pérennité des projets développés pour nos clients », précise Yves Colinet, directeur de Micropole Belgium. Une implantation locale qui favorise également les échanges entre la région francophone et la France.

Une volonté de renforcer les partenariats

L’acquisition de Chievo par Micropole aux côtés de la structure Meusinvest, qui était déjà présente et reste au sein du capital de l’entreprise, permet non seulement de renforcer leur partenariat, mais s’inscrit également dans la stratégie des pouvoirs publics qui ambitionnent de faire de la Wallonie une région digitale d’envergure mondiale. De plus, le partenariat avec l’université de Liège (HEC), complète parfaitement ce dispositif et permet d’établir une collaboration pérenne avec les différents acteurs locaux, tant sur les aspects techniques, commerciaux qu’académiques.

A propos de Micropole | http://www.micropole.com
Micropole est une entreprise de Services du Numérique, présente en Europe et en Asie, spécialisée dans les domaines de la Transformation Digitale, du Pilotage de la Performance et de la Gouvernance des Données. Le groupe accompagne ses clients sur l’ensemble des phases d’un projet, du conseil à la réalisation complète de la solution, ainsi que sur la formation. Leader dans son domaine en France, en Suisse et en Belgique, le groupe est également présent en Chine (Pékin, Shanghai et Hong Kong). Partenaire des principaux éditeurs de logiciels, Micropole regroupe près de 1100 collaborateurs, réalise 30% de son chiffre d’affaires à l’international et intervient auprès de 800 clients (dont 80% des groupes du CAC 40). Micropole possède le label « Entreprise innovante » attribué par Bpifrance.

A propos de Chiveo | http://www.chiveo.be
Chiveo est une entreprise spécialisée dans l’analyse des données (business intelligence) et aide les entreprises à prendre des décisions stratégiques grâce à la mise en place de systèmes efficaces. Chiveo recueille les données opérationnelles, les consolide et les transforme en informations stratégiques. La société effectue des audits technologiques et organisationnels et aide ses clients à formuler leurs besoins, choisir la technologie la plus appropriée, rédiger des spécifications et développer des applications décisionnelles. Chiveo s’occupe également de la coordination des centres de compétences Business Intelligence.

A propos de Meusinvest | http://www.meusinvest.be
Meusinvest est un acteur économique et financier important en région liégeoise. Le groupe offre des solutions de financement aux entreprises locales et un soutien à tous les stades de leur développement.

Revue de presse : Grand Prix Wallon à l’exportation

 

Le Grand Prix Wallonie à l’Exportation est un concours bisannuel qui récompense les entreprises ayant contribué à la promotion de la qualité et du savoir-faire wallon à l’étranger, grâce à une augmentation de leurs volumes d’exportation ou par la conquête de marchés difficiles. Le choix des lauréats se fonde sur 3 critères, sur base des résultats des 3 dernières années : Evolution chiffrée des performances du candidat, dynamisme de la société à l’international et dynamisme interne.

c7da2202001ef3739c67954b4c9dbb31-1478714624

Une société active dans l’ophtalmologie remporte le Grand prix wallon à l’exportation

PhysIOL, une société liégeoise spécialisée dans le développement de solutions pour la chirurgie ophtalmologique, a remporté le Grand Prix wallon à l’exportation. Les prix ont été décernés mercredi soir à Charleroi par l’Agence wallonne à l’exportation (Awex).

PhysIOL conçoit des cristallins artificiels implantables traitant la cataracte et la presbytie. Elle a connu une croissance importante depuis son rachat en 1997 par Marc Nolet. Le chiffre d’affaires devrait avoisiner cette année les 40 millions d’euros, dont 80% sont réalisés grâce à l’exportation. Les premières destinations sont l’Espagne et la France, mais l’Amérique du Sud et l’Asie font également appel au savoir-faire de la société liégeoise.

Les prix à l’exportation sont décernés depuis 1991 par l’Awex. Pour cette édition, près de 40 candidatures avaient été retenues, soit le 2e plus gros nombre de participants depuis le lancement du prix.

« Plus que la réalité des chiffres, nous retenons également des critères dynamiques dans l’attribution de ce prix, notamment la conquête de marchés difficiles ou la diversité géographique », explique Pascale Delcomminette, administratrice générale de l’Awex.

Eurogentec, important fournisseur pour la recherche en génomique et en protéomique, implanté à Seraing, remporte le prix à l’exportation Union européenne alors que, hors UE (grande exportation), c’est AE Valves, située à Petit-Rechain (Verviers), qui l’emporte. Cette dernière produit des vannes industrielles pour le secteur du gaz liquéfié et de la pétrochimie.

Des sociétés qui font leurs débuts dans l’export ont reçu un prix tremplin. Il s’agit de Market IP, à Naninne, pour l’Union européenne, et OncoDNA, à Gosselies, pour la Grande Exportation.

La Sonaca à, elle, reçu une mention exceptionnelle du jury.

La PME namuroise Market-IP reçoit le Prix Wallonie à l’Exportation dans la catégorie Tremplin

La PME namuroise Market-IP a reçu un des 6 prix, à savoir le prix « Tremplin à l’exportation » attribué à une entreprise wallonne réunissant tous les critères pour être lauréate, à l’exception du taux à l’exportation qui est inférieur au seuil de 70% généralement exigé.

Market-IP développe depuis 16 ans des solutions dédiées à l’optimisation de la mobilité professionnelle des biens et des personnes. Cette spécialisation repose sur une expertise technique dans la télématique et la cartographie : géolocalisation, cartographie, optimisation de tournées, maintenance et diagnostic. Après un développement sur le marché belge télématique devenu dès 2008 hautement concurrentiel et représentant un potentiel de croissance faible, elle s’est tournée vers la France pour sa proximité et sa similarité de marché. La Suède et la Suisse arrivent ensuite. Le marché à l’export correspond alors à moins de 5% du chiffre d’affaires.

En 2011, la nature entreprenante et dynamique d’Arnaud Storder le mène à l’écoute des tendances des marchés étrangers. Market- IP participe au Mobile World Congress à Barcelone et au salon Gitex à Dubaï en partageant un stand collectif de l’Awex. Il revient avec un contrat avec une société omanaise. Le début de l’aventure hors Europe commence !

En février 2012, l’entreprise s’offre les conseils d’un spécialiste en commerce extérieur. Elle mène une étude de marché, positionne ses produits et définit une stratégie spécifique pour le Moyen Orient. Elle engage un Account Manager dont l’objectif sera de construire un réseau de relations techniques et commerciales dans le Golfe. 15% de son chiffre d’affaires est alors réalisé hors Belgique.

En 2014, Market-IP profite d’une mission économique belge, menée par la Princesse Astrid, en Arabie Saoudite et au Sultanat d’Oman pour renforcer sa présence dans la région du Golfe. En 2015, l’expérience de la mission économique est reconduite au Emirats arabes unis et au Qatar.

Depuis 2015, la croissance de Market-IP se focalise sur l’Afrique subsaharienne. C’est au tour du Maroc, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de Djibouti et de la Tanzanie de s’intéresser à ses solutions. Changement total de mentalités, de besoins, d’habitudes liées à la mobilité. Pour approcher ces pays à la culture différente, pour faciliter et stimuler ses exportations, elle collabore cette fois avec un stagiaire Explort. Le CA à l’export atteint au 30 juin 2016 44%.

La philosophie commerciale de Market-IP est de distribuer ses solutions à travers un réseau de partenaires intégrateurs. Ce canal de vente indirect offre à Market-IP un levier de croissance en termes de licences et donc de résultats. Au vu de sa stratégie, le taux d’exportation des années à venir sera assurément stable et ne va pas diminuer, que du contraire.

Selon Arnaud Storder, CEO, « Market-IP est structuré pour faire face à une croissance soutenue de ses services à l’exportation. Le commerce extérieur est le centre de notre stratégie commerciale depuis 5 ans et pour de nombreuses années à venir ! »

AE Valves, champion de la grande exportation

AE Valves, une autre entreprise membre d’Agoria installée à Petit-Rechain, décroche le prix à la grande exportation. Créée en 2010, AE Valves a proposé au marché un nouveau design de valves, avec une valeur ajoutée réelle en termes techniques et de sécurité. La société a depuis lors doublé chaque année son chiffre d’affaires qui s’élevait à 20 millions d’euros en 2015. Du côté de ses exportations, AE Valves est présent sur de nombreux marchés proches et lointains : aux États-Unis, le principal marché d’AE Valves, mais aussi à Singapour, en Inde, au Canada, en Chine, en France, en Italie… La société compte bien poursuivre sur la voie du succès et met actuellement au point un nouveau type de vanne pour le gaz liquéfié.

Lire les articles complets :  

https://www.rtbf.be/info/economie/detail_une-societe-active-dans-l-ophtalmologie-remporte-le-grand-prix-wallon-a-l-exportation?id=9451659

http://www.ccimag.be/2016/11/10/la-pme-namuroise-market-ip-recoit-le-prix-wallonnie-a-lexportation-dans-la-categorie-tremplin/

http://www.agoria.be/fr/Grand-Prix-Wallonie-a-l-exportation-les-membres-d-Agoria-recompenses

Actu membre – WEX : Le premier salon wallon de la mode se tiendra fin novembre au WEX

modalist-8

Ils en rêvaient… et ils l’ont fait. Eux, ce sont les organisateurs de Modalist, premier salon de la mode ouvert aux professionnels comme au grand public. L’événement – très attendu dans la foulée de la Fashion Week arlonaise – se tiendra le week-end des 26 et 27 novembre, au WEX, à Marche-en- Famenne.

Entre podiums, défilés, ‘shootings’ photos, ‘events dans l’event’ et stands des marques que l’on aime, la mode va vraiment ravir les ‘fashionistas’ et les amateurs de beaux vêtements en général. On l’a dit : comme à New- York, à Milan ou à Paris !

Modalist pour une première !

Modalist, qu’on se le dise, ce ne sera pas un petit salon au rabais. Que nenni ! D’ailleurs, on attend entre dix et quinze mille personnes dans les salons feutrés du Wallonie Expo pour ce premier opus tout en paillettes. Ben oui, l’event, balancé comme les meilleurs rendez-vous mode de la planète, ambitionne clairement se positionner – et de manière pérenne – comme une organisation d’envergure nationale. Avouons que c’est sans doute une occasion unique pour les créateurs belges, mais également pour de nombreuses marques internationales, de rencontrer en direct les consommateurs et de leur faire découvrir en avant-première leurs nouvelles collections printemps- été 2017. Planet Parfum et Luxus Maniet pour la beauté, la chaussure et l’accessoire sont les partenaires principaux du salon, à côté de PointCarré pour le prêt-à-porter.

Comme à Paris… Kate Moss en moins !

Sur 6.000 m², dans deux grands palais, la mode va donc se décliner sous tous les styles, toutes les matières et toutes les couleurs deux jours durant fin novembre. Original, non ? Préparez-vous en tout cas à un cocktail détonant fait de décibels et de spotlights. Parce que la mode, au-delà des tons, des coupes et des modèles, c’est un univers de mouvement et de rythme. Il y aura donc de multiples défilés, des work-shops, des ateliers, des conférences, de l’innovation digitale, des pop-up stores, du relooking et autres activités autour de sujets variés touchant au ‘lifestyle’, ainsi qu’une série de rendez-vous complémentaires à la mode, comme la coiffure, le maquillage, la ‘heels academy’ et bien plus encore.

Plus d’infos ? http://www.modalist.be

Source : http://www.ccilb.be/fr/news/376-modalist?utm_content=buffer0f09c&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Revue de presse – Bel RTL : 90 secondes pour comprendre pourquoi l'avenir de la Wallonie passe par ses exportations

2213244

Dans la séquence ’90 secondes pour comprendre’ de ce 15 septembre  sur Bel RTL, il était question d’emploi et plus particulièrement d’exportations wallonnes. Frédéric Moray, journaliste, expliquait pourquoi l’avenir de la Wallonie passe par ses exportations.

Commençons par un chiffre pour comprendre: 27 699. C’est le nombre d’emplois créés en 15 ans par des entreprises wallonnes pour développer leurs activités à l’exportation. Et on ne parle pas ici des sous-traitants qui sont aussi très nombreux, notamment dans les transports et la logistique. 11 milliards 389 millions d’€ ont été investis ces 15 dernières années. Et si on ne regarde que 2015, je vous donne deux derniers chiffres. Investissements: 789 millions d’€. Promesse d’emplois : 1 729.

Et qu’est-ce qui fait la force de la Wallonie sur les marchés internationaux ?

D’abord la qualité de la formation de nos universités. Les entrepreneurs sont nombreux à la souligner. Les scientifiques, les ingénieurs sont très performants chez nous. Ce n’est pas un hasard si les secteurs d’activités qui se développent le plus en Wallonie concernent la biotechnologique, la pharmacie et le numérique. Et puis… la petite taille du territoire wallon est aussi un atout. Grâce à la présence de ministres wallons lors de missions économiques, des patrons de PME ont accès à des audiences inattendues à l’étranger. Le patron d’une entreprise montoise qui emploie 20 personnes me disait sa surprise d’être invité dans des ambassades ou d’avoir l’occasion de rencontrer les PDG de très grosses entreprises lors de ces missions.

Mais la Région wallonne participe activement à ce développement ?

Oui grâce notamment à son agence à l’exportation, l’Awex. Les entrepreneurs sont invités dans des missions économiques. Ils reçoivent des soutiens financiers pour prospecter de nouveaux marchés internationaux. On leur paye notamment les frais de transports, de logements, la participation à des salons, etc… Et puis, il y a un réseau intéressant d’attachés économiques et commerciaux, qui relaient le savoir-faire wallon dans une trentaine de pays.

Source + vidéo :http://www.rtl.be/info/belgique/economie/90-secondes-pour-comprendre-pourquoi-l-avenir-de-la-wallonie-passe-par-ses-exportations-851044.aspx

Formation : S’implanter en France – 31 mai 2016

Formations2016

Si Wallons et Français partagent une culture similaire, il est des situations où les différences culturelles et managériales ont leur importance. C’est pourquoi votre CFCI vous propose des formations exclusives.

Prochain Rendez-vous : 

S’implanter et se développer en France : les clés du succès

Les territoires et la diversité économique française séduisent régulièrement les entreprises belges qui souhaitent y développer des affaires de manière durable. On recense ainsi plus de mille groupes belges présents en France aujourd’hui, représentant un volume de 110 000 emplois. Alors pourquoi pas vous ?

L’objectif de cette formation est de vous fournir les clés d’une implantation réussie sur le territoire français. Etude de localisation, marketing territorial, benchmark.  Les aspects juridiques, RH, fiscaux, réglementaires et subsides seront également abordés.

Formateur : Ridwane ISSA

Ridwane ISSA travaille depuis 10 ans dans le secteur du développement économique, période pendant laquelle il a occupé des fonctions opérationnelles à Paris puis à Bruxelles. Directeur de projet au sein de Business France Benelux, il est responsable de la prospection pour la région Bruxelles-Wallonie ainsi que des quartiers généraux européens d’entreprises étrangères.

Business France Benelux accompagne et conseille régulièrement les dirigeants dans la découverte de cet environnement favorable aux entreprises, à l’investissement et à l’innovation.

Programme :

8h30 : Accueil
9h00 : Formation
12h00 : Lunch
13h30 : Clôture

Dates : mardi 31 mai 2016 matin

Lieu : Eloy Water
Zoning de Damré
Rue des Spinettes 7
4140 Sprimont
Belgique

Coût par participants : 75  HTVA – 91 € TVAC (membres CCI FRANCE) – + 20% (non-membres CCI FRANCE)
Sont compris :

  • Lunch (Poivre et Sel)
  • Café, eaux, softs

Inscriptions : carine.deville@cfciw.be ou +32 479 577 965

Conditions commerciales :

    • Le paiement en ligne vaut inscription ou via versement ordinaire sur notre compte de la CCI FRANCE BELGIQUE – Wallonie asbl – BE66 2400 3893 0043 avec les références : »FORM-BUSSINESSFRANCE-NomPrénomduparticipant » 15 jours avant la date de la formation, le paiement ne sera plus remboursé.
    • Le formateur est prévenu 15 jours à l’avance du maintien de la formation sans indemnités. Sauf cas de force majeure.

Formations – 22/03/2016 – Midi de la Finance Franco-belge (France et Finance)

Prochain Rendez-vous : 

La fiscalité devient complexe et évolue en permanence. Quels sont les derniers développements en la matière d’un point de vue belgo-français ?

« Moins d’impôts en 2016 pour 8 millions de contribuables » (le Monde 11.9.2015) ou « Le tax shift ne va pas compenser l’écart salarial » (L’Echo, 11.05.2015), tels sont quelques titres qu’on peut retrouver quotidiennement dans nos journaux…

Les gouvernements sont obligés de faire évoluer la fiscalité en fonction de l’évolution des besoins de la société, du monde économique ou de l’évolution des structures d’un état. Le résultat de ces évolutions peut s’avérer complexe. Ce séminaire a pour but de vous éclairer sur les dernières évolutions dans ces matières complexes qui nous touchent au quotidien.

Formateur : Didier Husquinet

Ingénieur commercial de formation, Didier Husquinet a débuté sa carrière chez KPMG dans l’audit en 1998. Il a poursuivi sa carrière dans une fonction financière d’un groupe international avant de revenir dans le service au sein de au département fusion et acquisition. Actuellement, en tant que responsable bureau liégeois de KPMG Fiduciaire, il travaille comme expert comptable au service des PME avec une équipe de 10 personnes.

Durée : de 12h00 à 14h00, Lunch inclus

Date : 22 mars 2016 – Présentation sur les actualités fiscales

Lieu : ELOY

Coût par participant : 15 € HTVA pour les membres CCI FRANCE) – 25 € HTVA pour les non-membres CCI FRANCE
Sont compris :

      • Lunch (Poivre et Sel)
      • Café, eaux, softs

Réservations :

 

Informations : carine.deville@cfciw.be ou +32 479 577 965

Conditions commerciales :

    • Le paiement vaut inscription sur notre compte de la CCI FRANCE BELGIQUE – Wallonie asbl – BE66 2400 3893 0043 avec les références : »FORM-MIDIFIN-DATE-NomPrénomduparticipant. 15 jours avant la date de la formation, le paiement ne sera plus remboursé.
    • Le formateur est prévenu 15 jours à l’avance du maintien de la formation sans indemnités. Sauf cas de force majeure.