Migraine: bientôt un Cefaly 3.0 connecté

iStock-638470046-[Converti]

Des messages pour rappeler de ne pas oublier sa séance, un calendrier en ligne pour noter ses crises de migraine et la prise d’antidouleurs, des infos sur l’intensité utilisée… Toutes ces données seront disponibles avec la troisième version du Cefaly, en cours d’élaboration.

Le défi va révolutionner la prise en charge de la migraine: en connectant toutes les données (anonymisées) des patients qui utilisent son stimulateur contre la migraine – ils sont déjà 200.000 à travers le monde -, Cefaly obtiendra une base monumentale d’informations sur cette maladie, qui entrave le quotidien de millions de personnes.

La deuxième version du petit stimulateur du nerf trijumeau, disponible depuis septembre, est déjà une révolution en soi puisqu’elle s’est libérée de son diadème: plus compact, facile à glisser en poche, le Cefaly 2.0 est nomade, il suffit de l’appliquer sur le front grâce à une connexion magnétique et non plus mécanique. Plus rapidement efficace en cas de crise, ce nouveau modèle permet aussi de régler soi-même l’intensité, et les piles ont fait place à une batterie rechargeable (sur le secteur ou par USB).

La troisième génération, en cours d’élaboration, ira encore plus loin: «L’appareil sera connecté pour améliorer la compliance (adhésion au traitement, Ndlr) des utilisateurs», explique Pierre Rigaux, CEO de Cefaly. «Le patient recevra un message s’il oublie sa séance, des conseils sur l’intensité à utiliser pour mieux le soulager, il aura accès à un calendrier pour noter ses crises et ses médicaments… Par ailleurs, son médecin-référent aura accès à ces informations pour l’aider davantage et pouvoir individualiser le traitement.»

Un futur «e-Cefaly», en quelque sorte, accessible via tablette ou smartphone.

cefaly2_buste_01_HD

Mieux comprendre la migraine

«Si 100.000 appareils sont connectés, par exemple, cela va permettra aux spécialistes – chercheurs et neurologues du monde entier – d’avoir des données énormes pour faire des études scientifiques», poursuit Pierre Rigaux, «Cela pourrait changer les ‘guidelines’ internationales de la prise en charge de la migraine.» Grâce à l’interaction du futur appareil, on comprendra en effet mieux la fréquence des crises, leurs facteurs déclenchants, l’intérêt ou non des antidouleurs en complément de la neurostimulation…

Fort de ses résultats actuels, le petit appareil est déjà remboursé dans certains pays, comme les Pays-Bas, la Suisse, l’Espagne, les Emirats, ou encore aux Etats-Unis pour les vétérans de guerre qui rentrent au pays migraineux. Chez nous, les négociations pour un remboursement sont toujours en cours.

Une enquête menée avec l’université de Liège auprès de 800 utilisateurs du Cefaly montre que 9 migraineux sur 10 ont recours à l’appareil en cas de crise et évitent de prendre un médicament antidouleur dans la moitié de ces crises. «C’est encore mieux que ce que montraient les études cliniques jusqu’ici!», se réjouit le patron de Cefaly. Qui rappelle que «les triptans (puissants antidouleurs utilisés dans la migraine, Ndlr) ne sont, eux, efficaces que dans une crise sur trois.»

Actuellement, le petit stimulateur est indiqué en prévention, pour éviter une migraine, mais une étude en cours aux Etats-Unis sur l’utilisation de l’appareil pendant la migraine pourrait permettre à la firme liégeoise d’obtenir aussi une autorisation en usage curatif.

Source: http://liege.lameuse.be/48977/article/2017-02-25/migraine-bientot-un-cefaly-30-connecte#