Marianne de Cristal 2017


Ce 10 mai 2017 se déroulait la 
 22° édition de Marianne de Cristal au Palais des Congrès de Namur, où plus d’une centaine de convives étaient attendus par les équipes de CCI FRANCE BELGIQUE – Wallonie.

Après quelques bulles en guise d’accueil dans une atmosphère bleue-blanc-rouge, les participants accueillir Mme Claude-France Arnould, ambassadeur de France avant de découvrir les 12 entreprises de la soirée :

  • Qui de 4D (Quatrième Dimension), Accent Langues, Les Ateliers de Blicquy, la Brasserie d’Ebly, Buzon, Bio-X, Face My Look, Medisoft, Natur’Innov, Pierret sa ou  Royal App Force emportera cette année le prestigieux trophée ?

Les 12 candidats de la soirée eurent également le plaisir de rencontrer  Denis Mathen, Tommy Leclercq, Hervé Jamar, respectivement, gouverneurs des provinces de Namur, du Hainaut et de Liège ainsi que Philipp Cordery, député des Français du Bénélux. L’Awex, Business France, le BEP et la CCI du Luxembourg belge nous avaient également rejoint pour cet occasion célébrant les relations économiques entre la Wallonie et la France.

 

La Marianne de Cristal a été remportée par l’entreprise BIO-X, entreprise spécialisée dans la fabrication
de produits pour le diagnostic vétérinaire.

Le Mérite de cristal ainsi qu’une œuvre de l’artiste Claude Elhes ont été remportés par l’entreprise Atradius, spécialisé dans l’assurance-crédit, le recouvrement et la caution.

La soirée fut animée par Julien Michel, finaliste de l’émission The Voice Belgique. Le tout se clôtura par un lancé de ballons

 

 

 

 

Marseille – Charte Ville-Port : Trois chantiers engagés…

Le préfet vient de réunir en préfecture les membres du comité de pilotage de la Charte Ville-Port. Cette instance mobilise depuis 2013 une à deux fois par an tous les partenaires locaux pour faire vivre et concrétiser par des « projets d’intérêt commun » la vision d’avenir qui réunit les 8 signataires de la Charte : l’État et ses deux grands établissements publics que sont le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) et Euroméditerranée, la ville de Marseille et la Métropole Aix-Marseille-Provence, le Département des Bouches-du-Rhône, le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, et enfin la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence.

L’enjeu de cette mobilisation est de mieux intégrer le Port dans son environnement urbain à Marseille, et d’unir les forces de chacun pour renforcer le développement économique du Port, de la Ville de Marseille et de la Métropole, en contribuant à mieux les intégrer dans les flux méditerranéens et mondiaux. Elle fait écho à l’agenda économique annoncé par la Métropole Aix-Marseille-Provence.

3 chantiers sont engagés dans ce cadre, qui font l’objet de groupes de travail en contact permanent :
- « Économie portuaire et territoriale » piloté par la CCI
- « Infrastructures portuaires et dessertes terrestres » piloté par l’État (DREAL)
- « Aménagement urbain et synergies ville-port » piloté par la Métropole

Le comité a pris acte du bon avancement des chantiers et de la qualité des échanges techniques entre toutes les parties prenantes. Plusieurs marchés de maîtrise d’œuvre et d’assistance aux maîtres d’ouvrages ont ainsi été lancés, pour aménager par exemple les accès au port depuis l’autoroute à la porte 4 du Port, en prenant en compte la desserte urbaine par les transports en commun. En mobilisant des crédits apportés dans le cadre du Pacte métropolitain d’innovation, les chantiers de déploiement du port intelligent, « smart port », ont été lancés, en vue de limiter le nombre de camions sur les autoroutes urbaines, simplifier et rendre plus dynamique la signalisation routière à proximité du Port, fluidifier le passage des marchandises à l’interface de la ville et du port, ou encore organiser le raccordement des sites portuaires en fibre optique à très haut débit, profitant de l’arrivée de nouveaux câbles sous-marins, et permettant de stimuler le développement économique local.

Le GPMM va prochainement rencontrer le Département des recherches archéologiques et sous-marines (DRASSM) dans l’optique de construire à l’Estaque un centre de conservation des objets immergés pour lequel le Ministère de la Culture a annoncé un investissement de 10 M€. Cet équipement est essentiel au maintien du DRASSM sur ce site, qui a vu naître cette discipline scientifique, et qui fait de Marseille la capitale mondiale de l’archéologie sous-marine.

Le recentrage, sur le domaine portuaire, de la restructuration du terminal de transports combinés de Mourepiane, permettra également de laisser le temps nécessaire aux études et à une concertation plus approfondie et plus sereine avec les élus, les acteurs économiques, et la société civile pour préparer une phase 2. L’avenant au contrat de plan Etat-Région a notamment intégré un financement, à hauteur de 10 M€, pour supprimer le passage à niveau de Saint-André. La cession par la SNCF des emprises de la gare du Canet est indispensable à la Métropole et à la Ville. Elle permettra le lancement du parc des Aygalades, composante essentielle de l’opération d’extension « Euromed 2 », et la création d’une nouvelle cité scolaire internationale.

Plus largement, les membres du comité ont convenu d’élaborer une feuille de route conjointe, permettant une recomposition des sites de logistique urbaine et métropolitaine dans un délai compatible avec la mutation de la façade maritime nord de Marseille déjà engagée. Elle sera présentée avec un échéancier opérationnel aux partenaires de la Charte lors du prochain comité de pilotage, qui se réunira à l’été.

Enfin le comité a validé le lancement de la deuxième phase de l’étude opérationnelle « Grande Joliette », qui doit dégager, en combinant les enjeux de la ville et ceux du port, les lignes directrices d’aménagement à court et moyen termes depuis les quais du J4, à proximité du MUCEM, jusqu’au J0, au niveau des Terrasses du Port, en traitant particulièrement le hangar du J1.

Le financement de certains de ces projets a été bouclé en 2016 dans le cadre de l’avenant au Contrat de Plan État-Région, voté en juillet par la Région, et signé en préfecture en décembre 2016, en présence du Président de la République : l’ensemble des collectivités partenaires a confirmé son engagement en faveur des projets de développement du Port et de meilleure insertion dans l’aménagement urbain de Marseille.

Le préfet a conclu le comité en proposant le lancement officiel d’une démarche de charte Métropole-Port, préparée d’ici la fin de l’année 2017 pour être conclue en 2018. L’enjeu est, à l’appui de la stratégie de développement économique de la Métropole, de renforcer les synergies entre tous les signataires de la Charte. L’objectif de cette charte sera d’offrir une vision globale des enjeux portuaires à l’échelle de la Métropole, appuyée sur les grandes orientations stratégiques du Grand Port Maritime. Concrètement, il s’agira de conforter l’attractivité des bassins Est comme celle des bassins Ouest, en augmentant le report modal sur le fret ferroviaire et vers le Rhône – et en travaillant à une vision partagée des besoins énergétiques – liés notamment à l’implantation de nouvelles fermes numériques, et aux grands projets industriels sur la zone PIICTO à Fos.

Lors de la présentation par la Métropole Aix-Marseille-Provence, ce 13 mars, de son agenda économique, le Président Jean-Claude Gaudin et la 1ère Vice-Présidente Martine Vassal ont insisté sur l’urgence de l’aménagement économique du foncier disponible sur PIICTO. La Métropole propose ainsi au GPMM d’avancer ensemble, dès cette année 2017, sur l’aménagement et la commercialisation de ce foncier en direction d’industriels.

Article source: http://destimed.fr/Marseille-Charte-Ville-Port-Trois-chantiers-engages

Port de Marseille Fos : GCA inaugure à Distriport un entrepôt proposant une solution de stockage de produits dangereux

Le Groupe Charles André (GCA) vient d’inaugurer une plateforme de 34 000 m² dont 6 000 m² sont dédiés au stockage des produits industriels dangereux packagés, une offre spécifique qui n’existait pas jusque-là dans les zones logistiques du port de Marseille Fos.

 L’entrepôt basé à Distriport (Fos), dispose également d’une capacité en conteneur vrac, liquide ou solide de 200 conteneurs. Cet entrepôt de 12 mètres sous ferme apporte une augmentation de 15% du volume potentiel de stockage par rapport aux entrepôts traditionnels. Les moyens matériels sont optimisés, zone picking, rack galvanisé, grillage anti-déflagration… Une triple sécurité en termes de rétention a été conçue pour éviter tout épandage de produits dangereux. « Le site bénéficie également d’un niveau maximal de sécurité avec des systèmes d’alarme, de détection et de vidéo surveillance », est-il précisé dans un communiqué .
GCA a mobilisé 20 millions d’euros pour la construction de son bâtiment à Distriport qui emploiera une cinquantaine de personnes à terme dont un conseiller permanent à la sécurité. « La commercialisation de l’entrepôt, opérationnel depuis novembre 2016, est une réussite puisque le taux de remplissage dépasse les 70% de la capacité totale de la plateforme. Une société leader sur le marché de l’arrosage, occupe une surface de 8 000 m² tandis que les cellules réservées aux marchandises dangereuses ont toutes trouvé un client » Avec ce nouvel entrepôt qui s’ajoute à un site similaire à Barcelone, le Groupe Charles André poursuit sa stratégie d’expansion d’un réseau de plateformes situées au carrefour européen des flux de marchandises. « Une stratégie qui conforte le positionnement du port de Marseille Fos en tant que porte d’entrée sud de l’Europe.
Le port de Marseille Fos salue la confiance que GCA lui accorde avec cet entrepôt, deuxième implantation du groupe avec le terminal de logistique automobile opéré par sa filiale TEA. Cette reconnaissance de la compétitivité du port confirme l’intérêt exprimé par plusieurs investisseurs et chargeurs pour ses zones logistiques situées à proximité des terminaux à conteneurs.
 », assure le Port de Marseille Fos.
Article source: http://destimed.fr/Port-de-Marseille-Fos-GCA-inaugure-a-Distriport-un-entrepot-proposant-une

Marseille : Hugues Parant prend la barre d’Euromed

L’ex-préfet de la région Paca, Hugues Parant nommé récemment directeur général de l’établissement public d’aménagement Euroméditerranée (EPAEM) à Marseille en remplacement de François Jalinot, -dont la succession avait donné lieu à un bras de fer entre le ministère du Logement et des élus locaux-, a été intronisé, en bonne et due forme, devant la presse, par la présidente Laure-Agnès Caradec, pour sa prise de fonction.

Quatre ans après son départ de la préfecture, le haut-fonctionnaire qui a été l’instigateur notamment de la charte ville-port a retrouvé une Région qu’il avoue apprécier particulièrement. Après avoir salué le travail de François Jalinot, -dont le mandat à la tête du programme d’aménagement urbain marseillais arrivait à échéance en décembre et qui avait été reconduit dans ses fonctions par intérim, faute d’un accord sur sa succession-, Laure-Agnès Caradec a rappelé : « Euromediterranée travaille en lien avec le reste de la ville et du territoire, c’est un résonnement à l’échelle de la métropole ».

Aujourd’hui à la barre de L’Établissement Hugues Parent entend bien apporter « sa petite pierre à l’édifice » s’inspirant à la fois de trois années passées à l’Epadesa (Paris-La défense) et sa connaissance de la région… Évoque les grandes tendances « pour être attractif dans 10 ans ». Expliquant : « On travaillera autrement, habitera autrement, prendra des loisirs autrement… ». Parle de s’adresser « un peu plus à des investisseurs internationaux » ; souhaite : « miser fortement sur le développement durable et notamment la partie énergie » et enfin « redécouvrir que le respect des équilibres humains est une source de créativité considérable… »

Article source: http://destimed.fr/Marseille-Hugues-Parant-prend-la-barre-d-Euromed

Une appli pour faciliter la greffe cardiaque lancé par Maryse pour la vie et l’assistance publique des hôpitaux de Marseille

L’association Maryse pour la vie et l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM) ont développé une application mobile inédite qui facilite le parcours de soins d’un futur greffé cardiaque.

L’association Maryse pour la vie et l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille (AP-HM) ont développé une application mobile inédite qui facilite le parcours de soins d’un futur greffé cardiaque. Ce dernier est mis en relation directe avec un cardiologue et son centre régional de transplantation.

Une meilleure coordination entre les parties prenantes

Le constat de départ est que le malade en attente d’un organe et son médecin ne sont pas nécessairement proches des centres de transplantation régionaux dont ils dépendent. La distance rend alors difficile la circulation de l’information et impacte le bon déroulement de la greffe.

C’est ce qu’a observé le Pr Frédéric Collart, Chef du service de chirurgie cardiaque de l’Hôpital de la Timone – Marseille (AP-HM) : « Nous avons répertorié et cartographié les cardiologues de la région administrative qui dépendent de notre unité de chirurgie cardio-thoracique. L’appli mobile va être maintenant un outil indispensable de liaison entre nous afin de placer le patient dans les meilleures conditions pour sa greffe ».

Une appli pour faciliter le parcours de soins et la mise en contact des professionnels de santé

Avec cette nouvelle application, Maryse pour la vie renforce sa volonté de sensibiliser et faciliter l’information sur le don d’organes. Cette dernière vise en effet à fluidifier les contacts entre les services du centre de transplantation et les autres professionnels de santé. En cela, l’application permet au cardiologue comme au centre régional de transplantation de trouver rapidement et facilement les coordonnées des uns et des autres. Elle fournit également aux équipes les renseignements indispensables à la bonne prise en charge du patient.

Plus d’informations :
http://parcoursgreffe-monpatient.org/
Actuellement disponible sur l’AppStore
Disponible le 30 septembre sur GooglePlay

Source: http://www.medisite.fr/sante-connectee-une-appli-pour-faciliter-la-greffe-cardiaque-lancee-par-maryse-pour-la-vie-et-lassistance-publique-des-hopitaux-de-marseille.1173064

De belles perspectives pour le Port de Marseille-Fos en 2017

Même si le trafic total du Port enregistre une très légère baisse en 2016, Marseille-Fos se voit encourager dans sa stratégie de diversification, lui permettant notamment de résister au tassement des imports de brut de Total et à la crise de l’acier.

700 000 tonnes sur 81 millions, la baisse du trafic global 2016 peut paraître négligeable… D’autant qu’elle trouve surtout son origine dans les incidents techniques survenus chez ArcelorMittal (-11% pour la sidérurgie), ou encore l’arrêt des importations de brut de Total la Mède, dans le cadre de sa reconversion en bioraffinerie. « Nous avons vécu durant de très nombreuses années autour de ce que certains appellent la rente pétrolière« , explique Jean-Marc Forneri, président du Conseil de Surveillance du GPMM. « Désormais nous nous adaptons, en développant les importations de GNL, qui ont crû de 33% cette année, mais également en attendant la mise en oeuvre de l’unité de biocarburant de La Mède, pour que nous puissions accroître nos volumes dans l’importation des produits qui lui sont destinés« . Même s’il accuse un recul de 3%, le brut représente plus de la moitié du trafic de vracs liquides, et les imports d’Esso et de Pétroinéos continueront de l’alimenter. « Fos reste un grand port pétrolier et le restera, nous continuerons a soutenir ces filières-là, même s’il faut s’adapter à certaines évolutions« , déclare de son côté Christine Cabau-Woehrel, la présidente du directoire. « En même temps, et dans le cadre de notre plan stratégique, nous travaillons sur notre diversification, qui se consolide d’année en année, avec une augmentation du nombre de conteneurs supérieure aux moyennes nationales et européennes, ce qui veut dire que nous regagnons des parts de marché de façon régulière« . Car si l’impact de la mauvaise récolte céréalière (la pire depuis 30 ans) plombe un peu plus les vracs solides (-7%), le trafic conteneurs enregistre lui sa 4ème année de progression consécutive (+3%, et +4% sur les bassins de Fos). Une tendance qui devrait encore s’accélérer grâce aux 300 000 m2 d’entrepôts logistiques développés en 2016, et aux extensions d’ores et déjà prévues (35 000 m2 minimum en 2017). « Les compagnies maritimes ont augmenté cette année leur capacité déployée à Fos de 13%, ce qui est un facteur extrêmement positif et vient consolider son image de port dynamique, qui rayonne à international« , poursuit la présidente. Et si le Port envisage « modestement » une prévision de trafics en hausse de 2,2% pour 2017, ses investissements, eux, devraient progresser dans le même temps de 18%, pour atteindre 65 millions d’euros, signe que la confiance reste de mise… L’un des grands projets de 2017 sera sans doute le lancement des travaux de jonction des terminaux à conteneurs de Fos (appelé « rotule »), totalisant un coût prévisionnel de 5,5 millions d’euros. « Si tout va bien le chantier sera terminé en 2018« , précise Jean-Marc Forneri. « Il va nous permettre d’accroître la capacité de bord à quai de manière très significative, et ainsi d’accueillir plus de navires de très grande taille« .
Parallèlement le ferroviaire continue de se développer (+8%) et le transport fluvial devrait lui emboîter le pas, notamment avec le projet « Medlink Safe » lancé au mois de juillet, qui a déjà permis d’accréditer 15 transitaires pour exporter des marchandises dangereuses par le Rhône, et ainsi débarrasser les autoroutes d’une partie de leur camions. « Il y avait une vraie demande« , confirme Christine Cabau-Woehrel, « et le report modal va s’accentuer en 2017, au bénéfice du fluvial« . Enfin 2017 verra également l’avancement des projets Jupiter 1000 sur la plateforme PIICTO, et de Vasco 2.

Le casino de Marseille sera construit entre les Docks et la tour CMA-CGM

Il y aura bien un casino à Marseille et on en sait un peu plus sur son lieu d’implantation. Il sera construit sur le bord de mer dans le secteur d’Euroméditerranée, pour répondre au cahier des charges des casinotiers candidats.

Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, était autrefois opposé à la construction d’un casino dans sa ville, mais il a changé d’avis en septembre dernier.

La Villa Méditerranée a été dans un premier temps considérée comme lieu d’accueil du futur établissement de jeux, mais n’a finalement pas été retenue. Retoqués aussi, le siège de la SNCM, et le hangar J1 du port.

Gérard Chenoz, l’adjoint au maire de Marseille en charge des grands projets, le confirme à France Bleu Provence ce jeudi : le futur casino sera bien construit sur la bordure maritime, dans le secteur d’Euroméditerranée.

Plusieurs zones d’implantation possibles dans le secteur

Pour répondre à l’attente des casinotiers, il existe plusieurs possibilités.

L’établissement de jeux pourrait être implanté sur le terrain situé entre le centre commercial des Terrasses du Port et la salle de spectacle du Silo, un terrain qui est la propriété du port.

Deuxième cas de figure : le site à proximité des futurs cinémas exploités par le groupe Pathé. Ou bien, troisième solution, à côté des Docks et de la tour CMA-CGM, une zone où la ville prévoit déjà un complexe nautique et des logements.

Des discussions sont en cours, mais les casinos Barrière et Partouche seraient intéressés. Cinq casinos sont déjà installés dans le Var et quatre dans les Bouches-du-Rhône.

 

Source: https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/exclu-le-casino-de-marseille-sera-construit-dans-le-secteur-d-euromediterranee-1485379673

 

Le Grand Port Maritime de Marseille devient un « smart port »

Le grand port maritime de Marseille, premier port de France, est un des rares pôles portuaires européens réellement multimodal.
Le Grand port maritime de Marseille (GPMM) veut accélérer le développement du numérique, à la fois pour la logistique, la gestion des escales, la sécurité, les procédures douanières, les échanges de données…
Il entend faire de la place portuaire marseillaise un port connecté et intelligent, autrement dit, un « smart port » ou port du futur.

Un « smart port », c’est quoi ? 

C’est une communauté d’acteurs ultra-connectés entre eux, en réseau, dans une optique de facilitation des échanges commerciaux.
La transmission automatisée de données à travers un système d’information intelligents reliant tous les professionnels portuaires assure un pilotage efficace des flux d’information et de marchandise.

Le pacte métropolitain d’innovation, signé en le 27 janvier 2017, entre l’Etat et la métropole Aix Marseille Provence, va accompagner le smart port Aix Marseille Provence pour faire du secteur un véritable moteur de croissance et d’emplois.

Cela comprend :

  • La réalisation d’un schéma directeur métropolitain du réseau de fibre optique et le raccordement des sites portuaires au très haut débit, pour optimiser les connectivités des différentes zones économiques de la métropole. Deux zones stratégiques sont identifiées : la zone portuaire de Marseille avec l’implantation d’Interxions et la zone portuaire de Fos, dotée d’une offre foncière importante.
  • La diminution de la pollution des bateaux en réparation en substituant l’énergie électrique au fioul, actuellement utilisé. L’objectif est de diviser par 7 les émissions en souffre à l’horizon 2020 et penser une solution électrique avec une part d’autoconsommation
  • La fluidification des déplacements sur l’ensemble de la zone industrielle et portuaire par une signalétique et un adressage portuaire intelligent, assurant ainsi une meilleure lisibilité donc une sécurisation accrue de la desserte
  • La mise en place d’un réseau organisé et géré par un opérateur unique pour relier les hubs naturels et les zones de chalandise.

Source : http://economie.marseille.fr/actualites/le-grand-port-maritime-de-marseille-devient-un-smart-port

Actu France : simplification du bulletin de paie

« La simplification du bulletin de paie répond à un objectif fixé par le Président de la République, autour de deux préoccupations claires : le rendre compréhensible à chaque salarié et faciliter la vie de l’entreprise, notamment en matière de gestion de la paie. En effet, la version actuelle du bulletin de paie présente trop de lacunes : accumulation de mentions et d’intitulés ni clairs, ni harmonisés, informations trop nombreuses, incompréhension du calcul du montant dû au salarié et payé par l’employeur…

Ce nouveau bulletin de paie contribuera à rendre plus lisibles les montants de cotisations dus par les salariés et les employeurs, en tenant compte des exonérations dont ces derniers peuvent bénéficier. Il fera également apparaître le montant total des allégements de cotisations.

Le Gouvernement souhaite que ce nouveau modèle soit utilisé par les entreprises pilotes qui s’engagent volontairement dans la démarche à compter de 2016, et procédera aux évolutions réglementaires nécessaires à la mise en œuvre de cette démarche. L’objectif est de généraliser ce nouveau bulletin de paie d’ici 2017. »

Source :  http://www.gouvernement.fr/bulletin-de-paie/index.html

 

 

 

DIAMANT devient BLUEPOINT Liège

« DIAMANT Liège » change de nom et devient « BLUEPOINT Liège ».

BLUEPOINT: un nouveau nom pour désigner un concept inédit de centres d’affaires et de réseautage. Plus de 3.000m² d’espace de bureaux et 7 salles pour vos réunions et événements.

Après tout juste un an d’exploitation, le tout nouveau Events & Business Centre exploité par AGORIA REAL ESTATE fait peau neuve.

Ce rebranding était prévu depuis l’ouverture du site, nous explique Benoit De Smedt – Site manager :

« En effet, la volonté d’AGORIA REAL ESTATE, exploitant également un site à Bruxelles (anciennement DIAMANT Brussels) et un site à Anvers (anciennement ALM Antwerpen), est d’harmoniser l’image de ses trois Events & Business Centre (même nom, même logo) tout en mettant l’accent sur les aspects technologiques des centres. 

Pour faire vivre cette nouvelle image, outre le changement de son nom et de son logo, « BLUEPOINT Liège » a encore investi dans les technologies pour équiper ses salles de réunion afin de mettre en place un environnement créatif et fonctionnel, de même que des services dynamiques et professionnels qui permettent à nos clients de vivre une expérience unique et avoir un meilleur retour sur investissement de leurs événements et réunions.

Toutes les salles sont maintenant dotées d’un système sans fil permettant une connexion pour les présentations, d’un tableau de conférence numérique permettant de partager de façon intuitive votre travail, du Wifi haut débit pour tous les visiteurs, d’un système de vidéo conférence qualitatif et facile à utiliser, etc. »

Lien vers vidéo Event Centre :          https://www.youtube.com/watch?v=UsjbgkBD1Bs&feature=youtu.be

Lien vers vidéo Business Centre :     https://www.youtube.com/watch?v=87JcWePtDIU&feature=youtu.be